Qu'est-ce qu'un hyperviseur ?

Les hyperviseurs jouent un rôle essentiel en permettant la virtualisation des serveurs, elle-même essentielle pour permettre le cloud computing. De manière générale, la virtualisation désigne l'utilisation de logiciels pour simuler ou émuler des ressources physiques. Dans le cas de la virtualisation des serveurs, un hyperviseur est un processus logiciel qui crée et exécute des machines virtuelles à l'aide de ressources matérielles physiques. L'hyperviseur extrait et isole les machines virtuelles et leurs programmes du matériel serveur sous-jacent, ce qui permet une utilisation plus efficace des ressources physiques, une maintenance et des opérations plus simples et une réduction des coûts.

Hyperviseur ou moniteur de machine virtuelle (VMM)

Quels problèmes les hyperviseurs règlent-ils ?

Le principal problème technologique que les hyperviseurs ont résolu, c'est que la plupart des matériels physiques ne pouvaient faire fonctionner qu'un seul système d'exploitation à la fois. Cette contrainte a souvent conduit à un gaspillage de ressources, car un seul système d'exploitation utilise rarement toute la capacité du matériel disponible.

Les hyperviseurs résolvent la contrainte en question en agrégeant les ressources des serveurs physiques virtualisés (comme la mémoire, la bande passante réseau et les cycles de processeur), puis en allouant ces ressources à des environnements virtuels, appelés machines virtuelles. Les hyperviseurs sont également appelés moniteurs de machines virtuelles (VMM). Une VM est avant tout un ordinateur basé sur un logiciel, ayant accès aux mêmes ressources qu'un ordinateur physique, y compris un système d'exploitation et des applications. Cependant, un hyperviseur peut vous permettre d'exécuter plusieurs machines virtuelles en tant qu'invités, utilisant ainsi les ressources physiques de la machine hôte de manière beaucoup plus efficace. Chaque machine virtuelle peut servir de machine dédiée pour chaque service, application ou système d'exploitation, ce qui vous permet, par exemple, d'exécuter plusieurs systèmes d'exploitation différents sur un seul et même serveur. L'hyperviseur sépare également les VM de façon logique, ce qui protège chaque VM individuelle contre les effets des problèmes que pourraient avoir d'autres VM individuelles sur le même hyperviseur, tels que les plantages, les erreurs ou les attaques de sécurité.

Comment les hyperviseurs vous permettent-ils de profiter des avantages de la virtualisation ?

Un peu comme les logiciels, les hyperviseurs découplent le système d'exploitation et les applications de l'hôte physique. Ce découplage offre toute une série d'avantages, notamment la possibilité de migrer facilement et rapidement la VM d'un hôte à l'autre, sans interruption. Cette capacité, appelée migration dynamique, est essentielle pour équilibrer la charge de travail. La migration dynamique se produit également automatiquement en cas de défaillance d'un nœud, ce qui permet d'assurer une haute disponibilité et un temps de fonctionnement accru.

La virtualisation permet de réaliser des économies en réduisant l'empreinte physique, ce qui fait baisser les coûts d'électricité, de refroidissement et de maintenance. La virtualisation améliore également la prestation de services informatiques, qui en deviennent beaucoup plus rapides et agiles. Il est par exemple beaucoup plus facile de faire tourner une VM que de fournir de nouveaux environnements pour satisfaire les demandes des clients.

Hyperviseurs de type 1 et de type 2 - quelle est la différence ?

Type 1

Les hyperviseurs de type 1 sont installés directement sur le serveur physique, c'est pourquoi on les appelle aussi hyperviseurs « bare metal ». L'accès direct aux ressources du serveur physique rend les hyperviseurs de type 1 très efficaces. Cette conception les rend également plus sûrs, car elle limite la surface d'attaque et le potentiel de compromission. Les hyperviseurs de type 1 sont de loin le choix le plus courant pour ce qui est de l'informatique en entreprise, principalement en raison de leur sécurité, de leur évolutivité, de leur stabilité et de leurs performances. Parmi les hyperviseurs les plus utilisés, citons Nutanix AHV, VMware ESXi, Microsoft Hyper-V et Citrix Hypervisor.  

Type 2

Les hyperviseurs de type 2 se distinguent par le fait qu'ils fonctionnent comme des applications sur le système d'exploitation préexistant d'un serveur physique. Comme ils fonctionnent sur le système d'exploitation hôte, qui se trouve entre le serveur physique et l'hyperviseur, ils sont également appelés hyperviseurs « hébergés ». Les hyperviseurs de type 2 ne sont pas idéaux pour les environnements serveur, étant donné qu'ils présentent une latence et une exposition aux risques plus élevées que ceux de type 1. Ils sont toutefois relativement faciles à installer et peuvent fonctionner correctement dans des cas d'utilisation spécifiques, comme chez les utilisateurs de PC individuels qui ont besoin de faire fonctionner plus d'un système d'exploitation, et lorsque la performance et la sécurité ne sont pas les préoccupations principales. 

Principales considérations lors de la sélection d'un hyperviseur

Complexité

Est-ce facile à déployer et à gérer ? S'agit-il d'un produit distinct, avec une console séparée, qui nécessite des experts disponibles à temps plein pour l'entretien, le fonctionnement et le dépannage ? Est-ce quelque chose qu'un généraliste en informatique peut maîtriser rapidement ?

Performance

La performance délivrée permet-elle de prendre en charge vos applications stratégiques ? Découvrez les critères de référence pour les performances de production (aussi proches que possible des conditions réelles). 

Coût

Est-ce assorti de droits de licence ou intégré à la solution globale ? 

Écosystème

Est-ce qu'un écosystème varié est supporté ? Par exemple, prend-il en charge les systèmes d'exploitation invités les plus utilisés ? Microsoft, Suse, RedHat, Ubuntu, CentOS. Et qu'en est-il des applications et technologies professionnelles de pointe ? Microsoft SQL Server, Exchange et Sharepoint ; SAP, Oracle, Citrix, Hadoop, Splunk, MongoDB, SaS, OpenStack, Avaya, Docker

Les entreprises qui gagnent grâce à Nutanix AHV

« Avec toutes les économies de gestion que nous avons obtenues en passant à Nutanix Enterprise Cloud et AHV, nous pouvons désormais nous concentrer sur nos utilisateurs finaux, plutôt que de consacrer notre temps à l'infrastructure sous-jacente. » Paul Farrell, Black Hills Energy

« AHV a été un argument de vente important. Nous avons envisagé d'autres plateformes de virtualisation, mais excepté les coûts de licence - toujours un problème pour les organisations financées par des fonds publics comme nous - nous voulions une plateforme de virtualisation qui puisse pleinement tirer parti des autres services d'infrastructure de base, ainsi qu'une plateforme ne nécessitant pas d'autre interface de gestion, ni l'ensemble des compétences que cela requiert. Nutanix AHV nous a donné tout ça, et bien plus encore. » Amardeep Rai, SMG

« Il nous a fallu moins d'une semaine pour nous familiariser avec AHV. AHV est une solution simple, et contient tout ce dont nous avons besoin dans une seule console, et nous raffolons des mises à niveau en un clic et sans interruption. Les mises à niveau nocturnes ou les silos inefficaces d'une NAS séparée ne nous manquent absolument pas ». Armando Muniz, JetBlue

Ressources associées

Payez-vous encore pour la virtualisation ?

Guide des bonnes pratiques AHV

Citrix XenDesktop sur Nutanix AHV

Autres lectures

Fiche technique Acropolis 

Le parcours de Nutanix et Microsoft dans le cloud privé

Premiers pas avec l'infrastructure hyperconvergée (HCI)

Commençons !

Planifiez une démo personnalisée avec un consultant en solutions et découvrez comment Nutanix Enterprise Cloud peut transformer votre entreprise.