Multicloud vs cloud hybride : comment faire la différence ?

By Harold Bell

| min

L'avènement du cloud computing dans les systèmes informatiques d'entreprise a apporté bien plus que des avantages commerciaux et de nouvelles fonctionnalités pour l'utilisateur final. Cela a surtout créé de la confusion. Une toute nouvelle terminologie est apparue pour décrire les nombreuses variétés de stockage et de transmission de données virtuelles. Tout d'abord, nous avons appris l'existence des clouds privés, ou des environnements cloud créés pour prendre en charge uniquement les charges de travail d'une organisation spécifique. Les infrastructures de cloud privé de ce type sont généralement, mais pas toujours, créées en utilisant les ressources propres au datacenter de l'entreprise. Par la suite, les clouds publics ont fait leur apparition. Il s'agit de clouds dont l'accès et la consommation sont publics. Cela signifie que toutes les ressources matérielles de mise en réseau, de stockage et de calcul sont détenues et gérées par un fournisseur tiers comme Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure ou Google Cloud Platform (GCP). Bien que les charges de travail soient partitionnées pour la sécurité des données, ces ressources sont partagées par les clients d'un fournisseur de cloud public particulier.

RESSOURCES ASSOCIÉES

Conception et construction de cloud hybride​

Définition du cloud hybride

Puisqu'il existe désormais deux types de clouds, nous avons naturellement besoin d'une nouvelle terminologie pour décrire la transmission des applications et des données entre les clouds publics et privés. Cette architecture est ce que nous appelons un cloud hybride. Alors, qu'est-ce qu'un cloud hybride ? Comme une sorte d'autoroute cryptée, le cloud hybride permet aux opérateurs d'effectuer une seule tâche en exploitant deux ressources cloud distinctes. Il faut toutefois garder à l'esprit que la plupart des environnements de cloud hybride utilisent deux clouds privés distincts. Ce qu'il faut retenir, c'est que le cloud hybride combine les ressources de deux clouds différents, soit deux clouds privés, deux clouds publics ou un mélange des deux. Imaginez un diagramme de Venn, avec un cloud privé sur site à gauche et un cloud privé hébergé à droite. Le cloud hybride correspond à l'ensemble des deux parties. L'espace qui se chevauche au milieu représente la couche chiffrée.

Cette zone intermédiaire entre les clouds constitue une passerelle essentielle pour la transmission des données. Elle permet aux organisations de tirer parti des capacités du cloud sans compromettre la productivité ni la sécurité. Les scénarios dans lesquels un modèle de cloud hybride est utilisé sont notamment les suivants :

  • Les entreprises qui gèrent les ressources de manière privée dans des environnements à la fois sur site et hébergés dans le cloud.
  • Les entreprises qui passent d'une solution entièrement sur site à une configuration qui intègre une certaine utilisation de la capacité du cloud public.
  • Les organisations qui reviennent à un datacenter privé, sur site, alors qu'elles étaient auparavant principalement basées sur le cloud.
  • Les services informatiques qui déploient une solution de plateforme en tant que service (PaaS) ou d'infrastructure en tant que service (IaaS) dans laquelle les ressources informatiques peuvent être exploitées sans risque mesurable pour les données.

L'infrastructure de cloud hybride offre une flexibilité remarquable aux organisations. Vous bénéficiez de l'accès sécurisé des ressources sur site tout en profitant de la scalabilité et de l'élasticité du cloud public. En outre, le partage des données chiffrées permet aux secteurs qui gèrent des informations hypersensibles d'utiliser les services du cloud. Par exemple, les organismes du secteur public, les cabinets d'avocats, les institutions de services financiers et les organismes de santé. Les organisations de ces secteurs peuvent partager des données selon leurs besoins avec des partenaires externes tout en respectant les directives de conformité réglementaire. Les réglementations HIPAA, ISO, PCI-DSS, CIS, NiST et SOC-2 régissent la manière dont les données personnelles sensibles sont stockées et partagées.

Mais qu'en est-il des environnements qui utilisent à la fois des infrastructures de cloud public et privé, mais dont les données ne sont pas partagées entre elles ? Comment catégoriser ce scénario ?

Définition du multicloud

On parlerait alors d'un « environnement multicloud ». Ces types d'environnements cloud diffèrent des hybrides, car ils impliquent la présence et l'utilisation de nombreux clouds sans garantie d'interopérabilité entre eux. Cette architecture émergente connaît un succès croissant car elle permet d'accéder à plusieurs modèles de services dans le cloud.

Un préjugé courant, en ce qui concerne les infrastructures hybrides et multicloud, est que les deux s'excluent mutuellement. La définition explicite d'un environnement multicloud, à plusieurs clouds, laisse penser qu'un modèle de cloud hybride est également un modèle multicloud. Cependant, l'inverse n'est pas toujours vrai. Une configuration multicloud peut être hybride, mais elle n'implique pas nécessairement que les clouds individuels communiquent entre eux.

La raison la plus évidente de cette approche en silo est la sécurité des données. Bien qu'ils disposent de capacités de chiffrement des données et d'autres moyens de prévention des menaces, les opérateurs de cloud redoutent toujours la moindre exposition aux risques liés au transfert de données entre clouds. Cela ne signifie pas pour autant qu'ils n'auront pas besoin d'utiliser plusieurs clouds à la fois. Les organisations des secteurs public et privé ont de plus en plus de raisons commerciales de gérer les charges de travail entre plusieurs fournisseurs de clouds. Dans ces cas, les clouds exécutent plusieurs tâches. Les clouds ne partagent pas les données ou la puissance de calcul pour une seule utilisation comme dans le cas de l'environnement hybride. En dehors de la sécurité, de nombreuses organisations se retrouvent littéralement dans un environnement multicloud car elles n'ont pas de justification commerciale pour partager des applications ou des données entre les clouds.

Que faut-il retenir pour bien gérer les environnements hybrides et multicloud ?

Si vous avez maintenant une idée claire de ce que sont les environnements hybrides et multicloud, il est essentiel de connaître la différence entre les deux. La clé du succès de ces deux déploiements réside dans la capacité à gérer l'ensemble de vos ressources comme si elles se trouvaient en un seul endroit. Gérer les ressources dans leur cloud respectif sans tenir compte des environnements adjacents entraînera un gaspillage de capacité et de budget. Vous avez besoin d'une visibilité et d'une compréhension approfondies de votre environnement multicloud ou de cloud hybride pour atteindre les résultats opérationnels escomptés. Vous pouvez compter sur Xi Beam de Nutanix pour vous fournir les capacités intégrées dont vous avez besoin pour réussir. Beam va au-delà des outils d'optimisation des fournisseurs en proposant des analyses complètes du cloud, une gouvernance centralisée des coûts, une planification intelligente de la consommation et une conformité à la sécurité pour l'ensemble de votre environnement cloud. Grâce à des données d'approvisionnement fiables sur l'ensemble de votre environnement cloud, vous pouvez repérer et éliminer les ressources sous-utilisées, comparer les fournisseurs de cloud et provisionner les instances optimales pour chaque application, ce qui vous permet d'éviter toute dépendance vis-à-vis des fournisseurs.

La meilleure chose que vous puissiez faire à ce stade est de voir par vous-même comment cela fonctionne. Si cela vous intéresse, profitez d'un essai gratuit de 14 jours de la plateforme. Qu'avez-vous à perdre ?