TROISIÈME ÉDITION DE L'INDICE DE CLOUD D'ENTREPRISE NUTANIX

Les entreprises sur la voie du cloud hybride

LES ENTREPRISES SUR LA VOIE DU CLOUD HYBRIDE

des personnes interrogées ont déclaré que le COVID-19 a conduit leur entreprise à considérer l'informatique de manière plus stratégique

des personnes interrogées considèrent l'hybride comme leur modèle d'exploitation idéal

des répondants qui utilisent actuellement une infrastructure sur site ont déployé ou prévu de déployer une infrastructure hyperconvergée

Contexte et objectifs de l'étude

Pour la troisième année consécutive, Nutanix a commandité des recherches afin de faire le point sur les déploiements et les intentions des entreprises en matière d'adoption cloud. Courant 2020, le cabinet d'études Vanson Bourne a interrogé 3 400 décideurs informatiques du monde entier sur l'environnement où ils exécutent actuellement leurs applications métier, sur leurs intentions pour l'avenir, sur leurs défis en matière de cloud et sur l'adéquation de leurs initiatives cloud par rapport à leurs autres projets et priorités informatiques. Cette année, les personnes interrogées ont également été questionnées au sujet de l'impact de la pandémie de COVID-19 sur leurs décisions actuelles et futures en matière d'infrastructure informatique et en quoi leur stratégie et leurs priorités IT pourraient s'en trouver affectées.

L'échantillon de répondants à l'enquête de la troisième édition de l'ECI couvrait plusieurs secteurs d'activité, différentes tailles d'entreprises et les zones géographiques suivantes : les Amériques ; l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique (EMEA) ; et la région Asie-Pacifique (APJ).

Principales constatations

1

La plupart des entreprises se sont lancées dans le projet de mettre en œuvre le modèle d'exploitation informatique de prédilection : une infrastructure de cloud hybride.

Des répondants des quatre coins du globe déclarent avoir suivi les premières mesures clés pour assurer la réussite de l'implémentation de leur environnement de cloud hybride, qui correspond au modèle d'exploitation idéal pour 86 % d'entre eux. Ces mesures consistent notamment à adopter l'infrastructure hyperconvergée (HCI) dans leurs datacenters et à remplacer les datacenters en architecture trois-tiers historiques par des clouds privés et publics. Une majorité des personnes interrogées (26 %) ont également indiqué avoir mis en place un modèle mixte combinant cloud privé, cloud public et datacenter traditionnel, constituant probablement une étape intermédiaire avant un passage à un environnement de cloud hybride entièrement intégré.

2

Les équipes informatiques du monde entier prévoient d'importants changements d'infrastructure.

Elles s'attendent à une augmentation des déploiements de cloud hybride de plus de 37 points de pourcentage au cours des cinq prochaines années et une baisse en conséquence de 15 points pour les datacenters en architecture trois-tiers historiques non cloud.

3

Plus encore que l'aspect économique, ce sont les résultats stratégiques des entreprises qui stimulent ce changement.

Les personnes interrogées ont déclaré que les principales motivations qui les poussent à modifier leurs infrastructures informatiques sont leur volonté d'acquérir une meilleure maîtrise de leurs ressources informatiques (58 %), d'obtenir la flexibilité nécessaire pour répondre à des besoins commerciaux dynamiques (55 %)et d'améliorer le support à la clientèle et aux télétravailleurs (46 % respectivement). En revanche, seulement 27 % d'entre elles ont évoqué la réduction des coûts comme moteur du changement.

4

Les répondants qui utilisent des clouds hybrides prévoient de capitaliser sur l'impact commercial positif résultant du COVID-19.

Les entreprises exploitant des environnements de clouds hybrides sont plus enclines que celles qui ont recours à d'autres modèles de déploiement à déclarer qu'elles projettent d'accroître leur agilité et de chercher des moyens de devenir plus compétitives en conséquence du COVID-19. En outre, elles sont également plus en mesure de proposer des options de travail flexibles et de renforcer leurs plans de continuité des opérations dans le contexte de la pandémie. Ce constat nous amène à la conclusion qu'une infrastructure de cloud hybride confère une position plus propice à la réalisation de ces objectifs par rapport à d'autres configurations.

5

La pandémie a renforcé le rôle de l'IT et favorisé l'adoption du cloud.

Plus des trois quarts (76 %) des personnes interrogées ont déclaré que le COVID-19 a conduit leur entreprise à considérer l'informatique de manière plus stratégique. En outre, 46 % des répondants ont confié avoir augmenté leurs investissements dans l'hybride en conséquence directe de la pandémie.

6

Les entreprises s'appuient de plus en plus sur de multiples clouds publics pour répondre à leurs besoins.

Parmi ceux qui utilisent les clouds publics, 63 % des répondants ont recours à deux clouds publics ou plus, ou encore au multi-cloud. Les répondants s'attendent à ce que ce chiffre atteigne les 71 % dans les 12 prochains mois. Cela signifie que les entreprises recherchent la flexibilité offerte par divers fournisseurs de clouds publics.

Vue d'ensemble :

EN PLEINE PANDÉMIE, LES ÉQUIPES IT SE PRÉPARENT À INTÉGRER L'INFRASTRUCTURE CLOUD

Pendant trois années consécutives, la majorité des professionnels informatiques du monde entier interrogés dans le cadre de l'Indice de cloud d'entreprise (ECI) ont désigné les clouds privés/publics intégrés – appelés cloud hybride– comme leur modèle d'exploitation informatique préféré. Cette année, 86 % des répondants de l'ECI ont convenu que le cloud hybride était le « modèle d'exploitation informatique idéal pour [leur] entreprise ». Le pourcentage de personnes interrogées concordant avec cette affirmation est passé de 85 % à 91 % pour l'ensemble des répondants dans le monde entier depuis le début des enquêtes menées pour l'ECI il y a trois ans de ça.

L'état des déploiements de clouds hybrides

Le vif enthousiasme des entreprises pour le modèle informatique hybride n'a pas fléchi durant ces trois années d'enquête, quand bien même la majorité des entreprises peinent encore à l'adopter pleinement. Parmi les raisons, qui seront évoquées ci-dessous, l'on peut mentionner le manque de maturité des outils de gestion du cloud, la rareté de talents qualifiés en matière de gestion de différentes plateformes cloud, les tendances économiques et réglementaires, ainsi que la nécessité de déprécier ou de migrer l'infrastructure existante. Ces problèmes ont contribué, encore à ce jour, à brider l'évolution des déploiements de cloud hybride (Figure 1).

Figure 1. Les projets d'implémentation de cloud hybride par rapport aux déploiements réels, année par année

Il convient de noter que, dans le cadre de l'enquête de la troisième édition de l'ECI, la question a été posée de savoir si les personnes interrogées utilisaient des environnements exclusivement hybrides (en excluant tous les autres types de clouds et de datacenters). Il est possible qu'en plus des 12 % qui affirment utiliser exclusivement des infrastructures de cloud hybride, une partie des personnes interrogées exploite également des infrastructures de cloud hybride conjointement avec d'autres types d'infrastructures.

La transition passe par de nouveaux investissements dans le cloud

La plupart des entreprises indiquent qu'elles sont actuellement en phase de passer à une infrastructure de cloud hybride. Les clouds hybrides exigent de la part des entreprises qu'elles investissent dans des clouds privés et publics, qui vont ensuite être intégrés aux politiques de gestion et de sécurité communes et permettre une portabilité des applications entre eux. Les personnes interrogées dans le cadre de la troisième édition de l'ECI ont fait état des progrès significatifs réalisés dans la mise en place des clouds privés, le démantèlement des datacenters en architecture trois-tiers historiques non cloud et l'augmentation générale de leurs investissements dans le cloud.

Pourtant, en ce qui concerne les entreprises bien établies, la transition ne se fait pas du jour au lendemain. « Si vous êtes une entreprise affichant plus de 20 ans d'expérience, la migration vers le cloud devient un processus coûteux, car vous investissez dans de nouvelles ressources, puis vous réalisez qu'il y a certains éléments de l'ancien système qu'il vous faudra conserver », explique Dominic Maidment, architecte technologique chez Total Gas and Power Ltd à Red Hill, dans le Surrey, en Angleterre. « Tout n'est pas transposable dans le nouvel environnement. Et que vous décidiez de replateformer, procéder au portage virtuel ou au rachat [comme dans le cas du SaaS], vous devez toujours personnaliser, déplacer les données et intégrer l'ancien environnement dans le nouveau, jusqu'à ce que vous soyez prêt à vous lancer définitivement. C'est un changement considérable, il faut donc que les bénéfices qu'apporteraient ce nouvel environnement soient parfaitement compris. Je pense que ce sont là quelques-unes des raisons pour lesquelles nombreux sont ceux qui échouent à déployer un cloud hybride ».

Les obstacles à l'adoption

En outre, plusieurs autres problèmes contribuent à ralentir momentanément le rythme des déploiements des clouds hybrides :

Le reste de ce rapport examine de plus près les projets en matière de cloud, les motivations, les défis et l'ensemble des phénomènes connexes qui affectent les parcours de l'infrastructure informatique des entreprises mondiales.

Nous manquons de standardisation. Si je prends le temps d'apprendre comment fonctionne, disons, Azure, alors je vais rester sur cette plateforme, car cela prend trop de temps d'apprendre à utiliser plusieurs plateformes cloud propriétaires.

- Joe Kaplovitz, CTO, Kaplan Companies, Highland Park, New Jersey, États-Unis

LA PROMESSE DE L'HYBRIDE

Pourquoi l'infrastructure de cloud hybride garde-t-elle autant la cote auprès des services informatiques des entreprises ? Les réponses données dans le cadre de la troisième édition de l'ECI indiquent que l'intérêt ne se cantonne plus à la seule réduction des coûts, qui était l'atout initial du cloud computing il y a de ça une douzaine d'années.

Améliorer la performance des entreprises

Les personnes interrogées ont déclaré que ce qui les pousse à s'éloigner de leurs modèles de déploiement informatique actuels, c'est avant tout leur volonté de générer de meilleurs résultats commerciaux. Plus précisément, ils estiment qu'ils gagneront en flexibilité pour parvenir à :

mieux répondre aux exigences commerciales (55 %)

améliorer le support à la clientèle (46 %) et aux télétravailleurs (46 %)

renforcer la sécurité des données (40 %)

Les économies de coûts sont aujourd'hui un critère secondaire : seulement 27 % des personnes interrogées ont invoqué cette raison pour justifier leur changement de modèle d'exploitation informatique.

Pourquoi les entreprises associent-elles ces avantages commerciaux à une infrastructure de cloud hybride ? Il se peut que la réponse réside dans la définition même de ce qu'est et fait un véritable cloud hybride.

Optimiser l'emplacement où les charges de travail s'exécutent

Les entreprises du monde entier se montrent depuis longtemps optimistes quant à la technologie du cloud et indiquent constamment vouloir disposer de la liberté d'exécuter les charges de travail dans l'infrastructure cloud qui leur convient le mieux en se basant sur des critères fluctuants. Le « meilleur » emplacement pourrait donc être déterminé de manière dynamique en fonction du coût, des exigences de conformité, des pressions relatives au délai de commercialisation, des hausses soudaines des besoins en calcul qui requièrent une capacité à la demande, et d'autres variables d'ordre commercial ou technologique.

Le cloud idéal peut être de type privé ou public, et les entreprises veulent avoir la possibilité de déplacer les charges de travail entre elles en fonction de l'évolution des besoins. Ensemble, les infrastructures de clouds privé et public capables de garantir cette fluidité avec une gestion commune et une sécurité uniforme sont en mesure de fournir ce qui est considéré par la plupart comme le modèle d'exploitation idéal et d'offrir les avantages d'une infrastructure de cloud hybride. Ils rendent les frontières entre les environnements cloud pratiquement invisibles autant pour les utilisateurs que pour les services informatiques.

Paré pour la croissance

Actuellement, un peu moins de 12 % des entreprises mondiales déclarent utiliser un cloud hybride et aucune autre infrastructure informatique. D'autres, peu nombreuses également – à hauteur de 18 % – fonctionnent exclusivement avec des datacenters traditionnels, sans cloud. Davantage d'entreprises indiquent avoir recours à des modèles d'infrastructure mixtes et à des clouds privés. Ce qui confirme la transition actuelle vers le cloud hybride entamée par une partie des entreprises, puisqu'elles commencent par adopter des éléments du cloud hybride dans la perspective de les intégrer définitivement à terme.

Bien que nous en soyons encore aux prémisses des déploiements de cloud hybride, les entreprises du monde entier restent ambitieuses : elles déclarent avoir l'intention d'augmenter l'utilisation exclusive du cloud hybride à 49 % dans les trois à cinq années à venir. Échéance à laquelle seulement 2 % des personnes interrogées envisagent de fonctionner encore exclusivement avec des datacenters en architecture trois-tiers historiques non cloud (Figure 2).

Figure 2. Modèles d'infrastructure informatique actuels et prévus*